mardi 22 mars 2022

Décret portant réorganisation et fonctionnement de l'AER

Décret N°2022/110 du 04 mars 2022

Portant réorganisation et fonctionnement de l'Agence de l'Electrification Rurale (AER)

 

 

lundi 29 novembre 2021

Get ready to obtain the ideal job

Bienvenues à ce programme de formation intitulée « Se préparer à décrocher l’emploi idéal »

Si vous êtes un jeune diplômé à la recherche de votre premier emploi ou un professionnel à la recherche de nouvelles opportunités, ce programme est taillé à votre mesure.

A travers cette session de formation, je partage avec vous, mon expérience personnelle d’une dizaine d’années à la recherche d’un emploi. Une expérience laborieuse, riche, passionnante et couronnée de succès. Aussi, les expériences croisées d’une vingtaine de jeunes à la recherche d’un emploi, à qui j’ai fourni un accompagnement personnalisé. 

Ce programme est déroulé en six modules d’une durée totale de deux heures, rassemblant des stratégies, outils et bonnes pratiques, pour développer vos compétences et être compétitif sur le marché de l’emploi avec un résultat garanti.

Module 1 : Modèles de Curriculum Vitae

Module 2 : L’attitude du chercheur d’emploi

Module 3 : Canaux de recherche d’emploi et stratégies de déploiement

Module 4 : Adapter son CV à une offre

Module 5 : La lettre de motivation

Module 6 : L’entretien d’embauche

·         En bonus, un septième module sur « l’examen écrit »

  • Coaching personnalisé de 2h en virtuel sur Zoom
  •  Différents formats de CV : UE, BM, BAD et Classiques, en version Word 
  • Contenu de la formation en version imprimable 
  • Accompagnement au développement de votre profil professionnel sur LinkedIn 
  • Lien d’inscription à la Communauté « Boost skills », pour partager/recevoir des opportunités d’emploi

Consulter la page YouTube et My Story

dimanche 13 décembre 2020

Recyclage : Donner une seconde vie aux pneus usés

Depuis quelques années, certaines personnes ont eu la bonne idée d’utiliser ces déchets pour en faire des produits dérivés. C’est de là qu’est née l’industrie du recyclage. Aujourd’hui, cette industrie fait partie des plans d’action pour un développement durable.

En Afrique, l’industrie du recyclage prend de l’ampleur et en dehors du défi qu’elle représente, la montagne de déchets solides qui croît en Afrique offre également des opportunités d’emplois et de richesse pour les « écolo-entrepreneurs », qui convertissent les matériaux bruts, leur donnant ainsi une seconde vie....

 Lire la suite

mercredi 26 août 2020

Fonds de Développement du Secteur de l'Electricité - FDSE

Lire le Décret

lundi 23 décembre 2019

Usage des foyers améliorés et préservation des forêts au Cameroun

 Maxime KAMDEMa, Gilles TOUNSIb, Fabrice YODJINc

Avec un taux annuel de déforestation estimé à 0,6%, soit environ 20 000 hectares de forêt dévastés par an (FAO, 2007), et classé parmi les cinq plus grands exportateurs de grumes (Duterme et al, 2008), le Cameroun comme la plupart des pays d’Afrique subsaharienne, subit avec la plus grande frénésie les foudres de la déforestation et de la dégradation de sa flore. Plusieurs causes directes et indirectes l’expliquent (UICN, 2014 ; Tchatchou et al, 2015) : l’extension des infrastructures (transport, entreprises privées, marchés) ; l’expansion agricole (agriculture permanente, agriculture itinérante, élevage extensif) ; les facteurs démographiques (accroissement naturel, migration, densité de la population) et l’extraction du bois.

L’extraction du bois semble être la principale cause de la déforestation et de la dégradation des forêts, tant en Asie du Sud-Est, en Amérique latine qu’en Afrique (Tchatchou et al, 2015). L’exploitation forestière contribue à plus de 80% à la déforestation et la dégradation forestière en Asie du Sud-Est, à plus de 75 % en Amérique latine, contre environ 32% en Afrique (Kissinger et al. 2012). Plusieurs types d’extraction du bois sont prises en compte dans ce contexte : l’exploitation industrielle; le sciage artisanal; le bois énergie. Le bois énergie prenant en compte le bois de chauffe et le charbon de bois (Miranda et al, 2010).

Le bois de feu et le charbon de bois représentent 90% de tous les prélèvements de bois dans les forêts d’Afrique et un tiers de la production mondiale de bois énergie (FAO, 2011). La dépendance envers le bois énergie est bien plus forte en Afrique subsaharienne que dans n’importe quelle autre région du monde, si bien que dans les 47 pays composant l’Afrique subsaharienne, la majorité de la population rurale et urbaine dépend de la biomasse ligneuse pour satisfaire ses besoins énergétiques, en particulier pour la cuisine (Behrendt et al, 2013). Dans 34 de ces pays, l’énergie issue de la biomasse ligneuse satisfait plus de 70% des besoins énergétiques, et dans 13 pays, cette énergie satisfait plus de 90% de la population (Trefon et al, 2010). Près de 80% des ménages subsahariens comptent sur cette biomasse pour cuisiner et répondre aux besoins énergétiques quotidiens, soit bien plus que dans n’importe quelle autre région du monde (AIE, 2010). En 2006, on estimait que dans les régions rurales, 93% de la population d’Afrique subsaharienne dépendait des ressources en biomasse pour le combustible de cuisson de base, et même dans les zones urbaines, près de 60% des ménages utilisaient la biomasse pour la cuisine (AIE, 2006).

Au Cameroun, le bois énergie demeure la forme d’énergie la plus consommée, représentant à peu près 80% de la consommation totale d’énergie du pays (Ngoufo et Tsalefac, 2006). Dans le secteur résidentiel, 66% des ménages l’utilisent pour les besoins de cuisson (MINEE[1], 2016). Plus de 98% des ménages pauvres, en particulier des zones rurales l’utilisent comme principale source d’énergie de cuisson, à l’aide de foyers traditionnels à trois pierres (PANERP[2], 2005). En plus des aspects environnementaux, l’usage des foyers traditionnels par ces ménages entraîne des coûts supplémentaires pouvant aller du simple au double par rapport aux foyers améliorés et du simple au triple par rapport au charbon de bois utilisé dans un foyer amélioré.

Résultats
Suivant le type de foyer utilisé, la consommation horaire de bois de feu d’un ménage est quatre fois plus élevée sur un FTP que sur un FAB, soit 4,13Kgs de bois par heure de cuisson sur un FTP, contre 1,12Kg sur un FAB. L’utilisation d’un FAB permettrait d’économiser 3Kgs de bois de feu par heure dans un ménage. L’économie de bois consécutive à la substitution d’un FTP par un FAB est de l’ordre de 73%. Ainsi, la consommation annuelle de bois de feu d’un ménage est d’environ 2 261,2Kgs sur un FTP contre 613,2Kgs sur un FAB. La substitution d’un FTP par un FAB conduirait donc à une économie de 1 648Kgs de bois par ménage par an.

Lire l'article complet 


[1] Ministère de l’Eau et de l’Énergie
[2] Plan d’Action National Énergie pour la Réduction de la Pauvreté

jeudi 13 décembre 2018

Off-grid solar market assessment in Togo

The Togo Electrification Strategy developed and launched by the Togolese government in June 2018 prioritizes off-grid solutions to achieve universal access to energy by 2030. 

The Government of Togo has also launched the CIZO Programme, which provides favorable incentives for private solar home systems companies. 

To complement the effort of the Government of Togo in the definition of a new electrification strategy, IFC commissioned this market research to assess the Togolese off-grid energy market.

Source: Lighting global

mercredi 31 octobre 2018

Global Off-Grid Solar Market Report

This latest Global Off-Grid Solar Market Report presents sales and impact data for January to June 2018, reflecting the performance of almost 70 companies, which are GOGLA members and companies that sell Lighting Global quality-verified products. A new insight revealed in this report highlights that, as a result of off-grid system ownership, an estimated $3.5 billion in additional income will be generated for households over the lifetime of the products sold to date. And that’s just what we know from our members and affiliates. Now, more than ever, we can see the potential impact that the products and services in the off-grid solar sector are bringing to customers.

3.7 million off-grid solar products were sold globally during the first half of 2018, a modest increase of 4%, compared to the same time a year ago. But with over one billion people worldwide still unreached by reliable electricity provision, the market continues to see vast untapped potential. According to the 2018 Off-Grid Solar Market Trends report, off-grid solar devices sold to date are estimated to have penetrated around 17% of the global potential market. However, while the market as a whole might not be growing fast, with unit sales seemingly stagnating, we are observing a noticeable shift into higher bracket product categories, with an increase in newly installed capacity, thanks largely to the steady growth of multi-light and solar home systems. During the first half of 2018, 26 MW of solar capacity was installed globally, a 40% increase compared again to the same period of 2017.

jeudi 11 octobre 2018

Toolbox for Renewable Energy tariff calculation

The Toolbox consists of four separate Excel models:
  • IPP Model
  • Green Mini Grid (GMG) model
  • Prosumer model (RE systems for own consumption and injection of excess generation into the grid)
  • Supply Curve model
For each of the mini grids, IPP and prosumer models there is an option to run three different cases.  These are:
  • A reference project calculation: it allows to consider either (1) a typical project in their country (for example an “average” solar PV project) to support setting feed-in tariffs, or (2) a specific project, for example, if there is a tender to develop in a specific location, or a speculative application from a potential developer that needs to be evaluated.
  • An avoided cost calculation: it allows to compare two scenarios, one usually looking at a baseline scenario where the project is not implemented and the other looking at the scenario where the project is implemented. The cost associated with the baseline scenario where the renewable project is not implemented will provide the “avoided cost” for the renewable project. In other words, it gives a figure for what would need to be spent to deliver the energy from other sources. Using this module will allow the user to consider either (1) setting feed-in tariffs at a level that ensures that consumers pay no more for renewables than the conventional alternative, or (2) to support policy makers and regulators in understanding the cost implications of a renewable project relative to the alternative.
  • A supply impact calculation: it allows to be able to compute what would happen in the system’s economic balance if a certain level of RE penetration is targeted and achieved. 

jeudi 16 août 2018

Electricity Regulatory Index for Africa 2018

The Electricity Regulatory Index (ERI) for Africa is a product of the Power, Energy, Climate Change and Green Growth Complex of the African Development Bank (AfDB). This first edition represents the beginning of a series of knowledge products that aim to shed light on the nature and development of the energy and power sectors of the African continent using an array of quantitative and qualitative research methods.

The Index was calculated from answers to a comprehensive array of survey questions that were administered to national regulators and utilities across the African continent. In this respect, special appreciation goes to all survey respondents, including the national electricity sector regulators and utilities from Cameroon, Cote d'Ivoire, Gambia, Ghana, Kenya, Lesotho, Malawi, Namibia, Nigeria, Senegal, South Africa, Tanzania, Togo, Uganda, and Zimbabwe. We also wish to express gratitude for the collaboration of the African Forum for Utility Regulators (AFUR) and the Association of Power Utilities of Africa (APUA), both of whose support was instrumental in facilitating the survey dissemination and consultations process.